Baisse continue du Chiffre d’affaires de l’artisanat et du commerce de proximité

La régression du chiffre d’affaires des commerces de proximité et des artisans est malheureusement « stable dans sa descente ».

En fait, c’est une véritable catastrophe. Cela montre que nous continuerons à voir les rideaux se baisser définitivement et les centres ville ressembler à des villes fantômes.

Voir des emplois autrefois durables se transformer en CDD, en interim, en temps
partiel (dont plus de la moitié des contrats à moins de 24 Heures). Lorsque le gouvernement annonce que les TPE-PME sont la solution au chômage, on a tendance à vouloir passer au crible le plan TPE-PME du gouvernement en pensant y trouver LA solution à tous les soucis.

CA artisanat et commerce
Evolution du Chiffre d’affaires de l’artisanat et du commerce en France

Malheureusement, il semble que le plan semble plus relever de la cosmétique que de la résolution d’un quelconque problème ou d’un changement réel. D’ailleurs le journal les Echos du 22 octobre 2016 indique que :

« 83% des artisans interrogés jugent que ce plan présenté en juin par le gouvernement (prime à la première embauche, renouvellement des CDD) n’est pas de nature à lever les freins à l’embauche ».

On ne se sent pas très rassuré pour l’avenir du petit commerce et des artisans.

Vient s’ajouter au tableau l’impuissance avouée de l’UPA à fédérer ses adhérents. Cet organisme qui représente 1.3 million de TPE-PME auprès du gouvernement manifeste dans les toutes premières lignes de la page de présentation du Lab UPA ne plus savoir comment impliquer ses adhérents :

Quelles sont les bonnes pratiques qu’une organisation professionnelle pourrait mettre en œuvre pour satisfaire ses adhérents devenus plus « consommateurs » que défenseurs d’un destin collectif ?

source: site Lab UPA

La posture des petits commerces semble de moins en moins confortable. Moins elle est confortable plus la fatalité semble s’abattre sur les dirigeants qui cherchent des solutions à leur problème au lieu d’en chercher une au niveau local.

L’idée ne serait-elle pas dans la mutualisation de leurs efforts ?

L’union au sein d’association de commerçants ou de toute autre forme leur permettant de mettre en oeuvre des stratégies globales de développement serait déjà un début. Là où cela se fait déjà, créer des actions marketing beaucoup plus agressives.

Commencer à réagir pourrait même commencer par boire un café avec le commerçant d’à côté en cherchant ce qu’ils peuvent faire au lieu de parler de ce qui leur arrive telle une fatalité.

S’il n’y a pas de changement de la part du gouvernement, il faudra que les commerçants et artisans changent, eux!

Peut-être que les quelques mots de Michel Edouard Leclerc Peuvent les inspirer (extrait du blog MEL):

Les raisons du succès des 600 E.Leclerc reposent sur leur capacité à prendre des décisions collectives homogènes malgré leur ADN d’indépendants. On confond toujours indépendance et individualisme. Les Leclerc ont bien compris que pour rester indépendants (malgré les coups bas de la Loi Macron), il fallait jouer un jeu collectif fort pour gagner le match.

Pendant ce temps, le rouleau compresseur des charges,  de la grande distribution (très compétente en termes de gestion client) et des lois sur les concentrations continue son chemin..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.